Atelier de création cinématographique Super 8 (juillet 2009)

Olivier Fouchard et Mahine Rouhi sont deux artistes que nous avons fréquemment invités sur le festival Les Inattendus depuis sa première édition en 1997.

Depuis cette date nous avons suivi leur travail avec attention et bien souvent admiration et enthousiasme. Ils pratiquent l’un et l’autre un cinéma exigeant, travaillant sur pellicule, Super 8, 16 mm ou 35 mm. Leur pratique est assez proche de celle du peintre, transformant la pellicule comme la toile d’un tableau. Ils filment et développent eux-mêmes leurs bandes-film expérimentant en alchimistes les bains de révélateurs. Ils travaillent le portrait, l’autoportrait et le paysage. Sachant traiter avec beaucoup de sensualité et de justesse le grain coloré d’un visage, la matière mouvante d’un feuillage ou d’un alpage. Originaires de Grenoble, ils filment souvent la montagne, le passage des nuages, la course d’un cheval à travers champs, le vent. Traitant chacun de leur sujet, qu’il soit nature morte ou vivante, avec le même respect, le même souci.

Le travail qu’ils se proposent de conduire en atelier prend pour thème le portrait et le paysage urbain. En une quinzaine de séances ils forment un groupe de stagiaires adultes aux techniques de prise de vue, de développement et de trucage sur pellicule Super 8.
Nous voudrions que ces thèmes choisis, tout en aboutissant à des œuvres autonomes, à part entière, puissent venir s’inscrire dans ce travail sur le quartier, ses habitants et l’urbanisme, que nous conduisons par ailleurs. Les films réalisés par les stagiaires en atelier trouveront leur place dans le montage global du projet, en contrepoint d’une parole, d’un texte, d’un entretien. Entre les deux ateliers (action 1 et action 2) un dialogue devra s’initier, traduisant deux façons complémentaires d’appréhender la ville. D’un côté le point de vue documentaire, de l’autre celui plus sensible d’un cinéma des origines; on pense à certains autochromes des frères Lumière ou à certaines de leurs “vues” saisies au coin d’une rue ou d’une place.
Cet atelier est programmé début juillet au Centre Social Bonnefoi qui s’associe à sa mise en place via la recherche et la sensibilisation du public.
Il rassemblera à la fois des stagiaires accompagnés par l’Ifra, des habitants du quartier Moncey/Voltaire et des personnes sensibilisées à la pratique du super 8.
Nous avons par ailleurs confié à Olivier Fouchard et à Mahine Rouhi la programmation de deux séances de films construites à partir d’œuvres expérimentales. Cette programmation sera proposée aux participants de ce stage et servira d’initiation à cette pratique artistique.