Archives militantes – LES LUTTES DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS

Projections-Rencontres
Samedi 6 Novembre 2010 – 3 Séances – A partir de 16h30
Gadagne/Musée d’histoire de Lyon
1 place du petit Collège 69005 Lyon – Métro Vieux Lyon

[Entrée Gratuite]

Attention : les horaires des séances ont été modifiés par rapport à la première annonce papier, afin de relier cette programmation aux mobilisations sociales actuelles. Le contenu reste inchangé.

Suite aux projections organisées à l’Elysée et à l’Atelier des Canulars au printemps 2010, à la première mondiale au FID Marseille 2010 en Compétition Française (Mention Spéciale – Prix des Médiathèques), puis aux événements liés au film à Gerland en Septembre 2010 en écho aux Journées Européennes du Patrimoine, cette programmation « ARCHIVES MILITANTES : LES LUTTES DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS » avec Gadagne/Musée d’histoire de Lyon vient clore le cycle de projections mis en place autour du film Les Hommes Debout, permettant de mieux aborder certaines thématiques et enjeux propres à son terrain d’étude : l’histoire ouvrière du quartier de Gerland, les luttes des travailleurs immigrés et la question du rapport aux archives filmiques.

Projections-rencontres en présence de Jérémy Gravayat (réalisateur), Dominique Dubosc (réalisateur), Michel Leclercq (ancien militant des Cahiers de Mai), Laure Pitti (historienne, maître de conférence à Paris VIII), des membres des Cahiers de Mai, d’anciens ouvriers de Penarroya (sous réserve), de Tangui Perron (historien du cinéma militant), de Ciné-Travail et des membres de l’Association Dauphinoise de Coopération Franco-Algérienne.

  • 16h30 : Les luttes de Penarroya
    Cette rencontre, faisant écho à la première partie du film « Les Hommes Debout », sera articulée autour de trois films militants réalisés lors de différentes grèves ouvrières des usines Penarroya, et nous permettra de confronter différentes approches de la conception de la réalisation cinématographique comme outil conjoint aux luttes. Ces films courts, souvent réalisés collectivement, dans l’urgence, et composés d’emprunts ou de réemploi d’images, interrogent par leurs différences et similitudes, une pratique très particulière du cinéma politique, aujourd’hui largement disparue.

    • Penarroya Saint-Denis (Nouvelle Société N°8) – Collectif
      1971 – 12’ – 16mm transféré sur DVDFilm hybride, proche de ce qui a été a l’époque nommé Ciné-Tract, est constitué d’images muettes 16 mm, tournées pendant la grève de l’usine Penarroya Saint-Denis de 1971, à la demande des ouvriers grévistes, par Gilles Dinnematin, alors militant de Tout !, journal du groupe maoïste libertaire Vive La Révolution. Le montage de ces images a été effectué ensuite par Jacques Kebadian, alors militant de la Gauche Prolétarienne, auquel a été ajouté un commentaire lu par Bernard Loup, alors ouvrier et délégué du personnel CGT à Penarroya Saint-Denis. Ce film, peu diffusé à l’époque, a été par la suite conservé par le collectif ISKRA, crée notamment par Chris Marker, qui lui a ajouté un pré-générique, afin de l’intégrer à la série de films « Nouvelle Société », du Groupe Medvedkine.
    • Dossier Penarroya : Les deux visages du trust – Dominique Dubosc / Cahiers de Mai
      1972 – 18′ – 16mm transféré sur DVDFilm chapitré, sur le modèle d’un cahier d’information diffusé à l’époque, préparé en amont de la grève de 1972 des ouvriers de Penarroya-Gerland, à leur demande, et réalisé par Dominique Dubosc, alors militant du Groupe Textile des Cahiers de Mai et technicien audiovisuel. Le film a été co-écrit avec Daniel Anselme, fondateur des Cahiers de Mai, qui en lit également le commentaire. Il avait pour vocation la « popularisation » de la grève, ainsi que l’attaque frontale de l’image de marque de la Société Penarroya et de son propriétaire, le Baron de Rotschild. Le film a été assez largement diffusé lors de soirées d’information et de soutien aux grévistes, servant notamment à financer la lutte grâce aux dons.
    • Penarroya Villefranche – Michel Leclerq et les ouvriers de Penarroya Villefranche (sous réserve)
      1980 – 20’ – Diapositives transférées sur DVDMarqué par sa collaboration a la grève de Penarroya-Gerland, et par l’utilité de la réalisation d’un film dans ce cadre, Michel Leclerq, militant, mais pas du tout cinéaste, propose, dix ans plus tard, à l’occasion d’une seconde grève des ouvriers de Penarroya, dont l’usine est depuis la fin de la grève précédente, située a Villefranche, la réalisation d’un objet audiovisuel, composé de diapositives et d’une bande sonore pouvant soutenir les revendications de cette nouvelle lutte.

      Projections suivies d’un débat croisé sur les trois films, avec Dominique Dubosc (Réalisateur), Michel Leclercq (militant du groupe Santé des Cahiers de Mai, AC), Laure Pitti (historienne, maître de conférence à Paris VIII), ainsi que certains autres membres des Cahiers de Mai et d’anciens ouvriers de Penarroya (sous réserve).

  • 18h00 : Notre santé n’est pas à vendre – Réalisation collective
    Association Dauphinoise de Coopération Franco-Algérienne

    60′ – 1973 – 16 mm transféré sur DVDCette séance a été préparée conjointement par l’association Les Inattendus et par Ciné-Travail, autre association Lyonnaise de diffusion cinématographique, questionnant plus particulièrement la représentation du monde du travail au cinéma. Elle est l’occasion de faire enfin découvrir à Lyon un autre film traitant en partie des luttes de Penarroya, mais surtout, élargissant cette problématique (les droits relatifs à la santé des travailleurs immigrés) à d’autres exemples et enjeux, aussi bien régionaux que nationaux. Ce film, tourné collectivement par des travailleurs et des experts de la santé Grenoblois, sans expérience professionnelle du cinéma, a été réalisé par conviction militante, et projeté à l’époque dans de nombreux lieux associatifs.

    Suite au film, un débat conduit par des membres de l’association Ciné-travail, proposera l’intervention croisée de paroles de techniciens (les membres du collectif de réalisation du film), de sujets (certains ouvriers ayant ensuite rejoint le collectif de réalisation) et d’experts.
  • 20h30 : Histoire d’un film, mémoire d’une lutte – Carte Blanche à Tangui Perron Cette séance sera l’occasion de découvrir le travail singulier de recherche, d’édition, et de programmation de Tangui Perron, historien du cinéma militant, membre de l’association Périphérie, chargé du Patrimoine, collaborateur aux Archives de Seine-Saint-Denis et éditeur de la collection Livre-DVD « Histoire d’un film, Mémoire d’une lutte ».
    Lors de cette séance, Tangui Perron proposera une conference-projection, autour de l’importance des « rushes », de leur conservation, et des traces qu’ils portent, dans l’histoire sociale du cinéma militant.

Retrouvez la programmation sur le site de Gadagne/Musée d’histoire de Lyon
Gadagne/Musée d’histoire de Lyon est engagé dans une démarche de valorisation, de coproduction et de mise en réseau de travaux documentaires sur la ville.