Carte blanche à MIRE | Perf+Proj

MERCREDI 20 SEPTEMBRE à 20h30 | au PÉRISCOPE

Performance en 35mm + Courts-métrages en 16mm !

;;;

 

 

 

MIRE est une association nantaise de cinéma expérimental et d’image en mouvement créée en 1993, elle développe son projet autour de la diffusion, de la mise à disposition d’un laboratoire de pratique cinématographique et de la mise en place d’actions culturelles.

L’association promeut l’image en mouvement expérimentale de sa fabrication à sa diffusion : de la fabrique historique du cinéma et de la vidéo à la création contemporaine, enrichie par les nouvelles technologies.

Les membres du collectif questionnent la pratique de l’image en ménageant des points de contact avec d’autres domaines artistiques et culturels pour créer des résonances, des prolongements et contextualiser la nature des propositions et des engagements.

;;;

Antoine Ledroit et Thomas Chatard, tous deux membres de l’association, viendront nous présenter leur performance 35mm SANS-TITRE 24xH2o et nous apporteront aussi dans leurs bagages un florilège de courts-métrages en 16mm !

;;;


PERFORMANCE

SANS-TITRE 24xH2o de Thomas Chatard & Antoine Ledroit
2014 | 23′ | sil |
Projection 35mm altérée

 

 

 

 

 

 

« En 2008, nous découvrons dans un cinéma associatif un stock de bandes annonces 35mm abandonnées sur des étagères depuis plusieurs années. Bandes annonce témoins d’une double disparition (mouvement cyclique de l’oubli dû à la fréquence intensive des sorties de film sur les écrans de cinéma, mutation actuelle dans le monde du cinéma où l’argentique cède sa place au numérique).
Que faire alors de ces témoins?
Faire les pirates. Déposer, enfouir, abandonner secrètement ces bobines dans différents lieux pour laisser le temps, les éléments naturels, altérer progressivement l’émulsion des pellicules. En France, en Finlande, en Allemagne, en Guinée. Une carte de ces pellicules enfouies s’ébauche petit à petit, écho lointain à un monde et une mythologie disparus de la piraterie et de trésors cachés.
Au bout de 6 mois, 1 an, 3 ans…, nous retournons à ces lieux d’enfouissement, et récupérons les bobines détériorées.
Parfois, ces films disparaissent totalement, absorbés par le milieu qui bouge imperceptiblement. Parfois, le film est toujours là. Différent. Le milieu naturel (humidité, air, terre, compost, neige…) a posé son empreinte sur les pellicules, altéré l’émulsion chimique des bobines.

 

 

 

 

 

 

 

..

Sans-titre (24xH2o) est entièrement composé de ces films originaux, sans aucun traitement ou retirage faits en laboratoire.
Ces images chargées de grains et allégées d’émulsion révèlent leur matérialité et nous emmènent dans un autre environnement cinématographique.
Les résidus des plans originels servent de décors à une nouvelle expérience.
La fiction cède volontiers sa place à l’organique et à la rythmique. Offrant un retour à la magie, à la transparence du support originel.
Sans-titre (24xH2o) expose également le système technique de projection, le place au milieu du public. La mécanique du projecteur dégage son énergie brute, énergie qui répond à celle, toute organique, de l’image et du son provenant de la pellicule.
Jouant du défilement mécanique et régulier, Sans-titre (24xH2o) s’offre alors sur la toile de l’écran comme une peinture lumineuse mouvementée et perturbée tout en célébrant les possibles derniers soubresauts d’un projecteur 35mm. »

 

SÉANCE DE COURTS-MÉTRAGES EN 16mm

BABY DREAM II de Miles McKane
2001 |
5′ | sil | 16mm

L’image projetée est issue de la détérioration d’un film en couleur (plusieurs anciennes boucles de l’installation Little Girl). Le rythme agité du passage/ mouvement des couleurs et des formes répète l’oscillation des yeux du spectateur. Afin d’accentuer le mouvement, le film a été monté en une suite de micro-boucles ; un matériau similaire a été réuni afin de créer un sentiment de progression et de familiarité avec les images ; de brefs passages de matériaux figuratifs ont été gardé en guise de contrepoint visuel vis-à-vis des sections colorées de nature plus abstraite. La dualité du matériau semble transformer la vitesse de la perception des images, une dynamique duelle générée par le même matériau.

BATAILLE  de Thomas Chatard & Julien Quentel
2009 | 2’43 | sonore | 16mm

Variations colorées autour de l’étendard national, ou comment nous avons réinventé les couleurs de la France.

;;;

WORKSHOP AVEC CHRIS WELSBY
2009 | 4’17 | sil | 16mm

Trois tableaux selon le procédé de séparation des couleurs. Un jour de printemps en compagnie de Chris Welsby.

L/R-INTRODUCTION de Will Rifer 

2015 | 2’10 | sil | 16mm

Transfert de deux bobines Super8 d’un film stéréoscopique sur film 16mm avec une émulsion artisanale en deux couches colorisées. Réalisé à Mire, une proposition à l’occasion du séminaire Maddox organisé par l’Abominable à Paris, en octobre 2014.

THEN LET’S KEEP DANCING de Aurélie Percevault
2017 | 2’ | sil | 16mm

Visages en mouvements décomposés – recomposés.

..

WORKSHOP AVEC ESTHER URLUS
2017 | 3′ | sil | 16mm

Les 3 & 4 Juin 2017, MIRE accueillait au labo un workshop proposé et encadré par Esther Urlus, cinéaste venue de WORM Filmwerkplaats, Rotterdam – ceci dans le cadre du projet de coopération européenne REMI Re-engineering moving image. Pour l’occasion, fabrication de deux émulsions photosensibles colorées: le Cyanotype pour un éclatant bleu de prusse et le procédé Van Dyke – en hommage au « brun Van Dyck » du peintre du même nom.

SILLAGES#2 de Aurélie Percevault & Antoine Ledroit
2014 | 5’20 | sil | 16mm

La présence par l’absence. Condensation et répétition d’instants passés, capturés puis oubliés.

GORGONE de Carole Thibaud
2015 | 4′ | sil | 16mm

Prises de vue 16mm noir & blanc  inspirées du travail de Robertina Šebjanič avec les méduses Cassiopea Andromeda et Aurelia Aurita. Cassiopea andromeda est une méduse cassiopée également appelée Upside-Down Jellyfish, qui est une méduse dont le dessous est au dessus. Les méduses cassiopées s’approvisionnent en nourriture et en eau fraîche grâce à des mouvements rythmiques de pompage. Mais leurs tissus abritent aussi des algues symbiotiques, les zooxanthelles. La coupole se trouvant près du sol, la méduse se trouve donc « tête en bas » sur le sable. La méduse commune (Aurelia aurita) appelée aussi Aurélie, méduse bleue ou méduse lune, est un cnidaire de la super-classe des Scyphozoaires. L’origine du nom scientifique Aurelia aurita de cette méduse est le latin aurelia, d’aurum, « or », à cause de la couleur éclatante de l’ombrelle et aurita, d’auris, « oreille », en raison de ses gonades en forme d’oreilles.

Traitement et copies du film effectués au laboratoire de l’association Mire. 

+ Bonus éventuel :

BOUCLE-TEST : VISAGES d’Antoine Ledroit & Pierre Pierre Pierre
2017 | 5′ | sonore | 35mm

Cut-up saturé de photogrammes et dialogues issus de bandes-annonces. Face à face intense avec une galerie concentrée de portraits hollywoodiens.

 …
 

..

.

MERCREDI 20 SEPTEMBRE à 20h30 | au PÉRISCOPE – 13 rue delandine (Lyon 2e)

ENTRÉE LIBRE

Soirée organisée avec le Périscope.