hommes

Un film de Jérémy Gravayat

« Traverser les ruines de l’usine, se souvenir des gestes répétés. Entendre les voix des ouvriers rassemblés dans la cour et le silence des machines arrêtées. Parcourir la ville dans la boue des chantiers, partir à la recherche d’un travail. Frapper la pierre et la brique, regarder les choses lentement s’effondrer. Repérer les lieux, s’y introduire, changer les serrures et raccorder l’électricité. Se rassembler dans la nuit, allumer un feu, construire de nouveaux abris. Raconter toujours la même histoire : celle qui fait tenir les hommes debout. » BANDE-ANNONCE (ENG.)

« Cross the ruins of the factory, remembering repeated gestures. Hear the voices of workers gathered in the yard and the silence of unplugged machines. Go through the city, in the mud of construction sites, leaving in search of work. Strike the stone and the brick, watch things slowly collapsing. Spot places, get there, change the locks and turn the electricity on. Gather at night, light a fire, build new shelters. Telling always the same story: the one that keeps men standing. » TRAILER

Histoires fragmentaires, réelles ou imaginées, de trois personnages ayant vécu et travaillé dans un ancien quartier populaire et industriel de Lyon.

Biographie

Jérémy Gravayat réalise des films (documentaires, essais, fictions) questionnant certaines réalités de l’exil contemporain. Quotidien d’une réfugiée bosniaque, migrants de Calais et Sangatte, Palestiniens des territoires occupés, sans papiers et travailleurs immigrés de l’agglomération Lyonnaise. Là où le partage de l’expérience sensible pourrait permettre une autre formulation du politique. Il a également été l’assistant du documentariste Dominique Dubosc, travaille comme monteur sur divers projets audiovisuels, et comme programmateur pour les structures associatives Basses Lumières, Les Inattendus et Dérives.

The films of Jérémy Gravayat, whether in documentary, essay or narrative form, are inquiries into the everyday reality of contemporary exile: the day to day existence a Bosnian refugee, of migrants in Calais and Sangatte, of Palestinians in the occupied territories, of illegal immigrants and immigrant workers in Lyon. A way of exploring of how shared experience may help reformulate that which is political. He has also worked as assistant to filmmaker Dominique Dubosc, as an editor on various audiovisual projects and as a film curator for Basses Lumières, Les Inattendus and Dérives.

Filmographie

  • 2001 – La rencontre – 20′ – Fiction – Super 16 mm Noir et Blanc
  • 2002 – Un autre jour sur la plage – 20′ – Documentaire – Vidéo Couleur
  • 2006 – L’Europe après la pluie – 40′ – Documentaire – Vidéo Couleur / Super8 Noir et Blanc
  • 2008 – Vivre ici – 50′ – (co-réalisation avec Edouard Beau) – Documentaire – Vidéo Couleur
  • 2010 – Les Hommes Debout – 75′ – Documentaire – Vidéo Couleur / Super8 Noir et Blanc

Festivals

  • FID Marseille 2010 : Compétition française / Compétition 1er Film – Prix des médiathèques, mention spéciale « Célébrer la mémoire ouvrière, ce n’est pas simple. Le motif sert si souvent un cynisme qui s’ignore, à redoubler l’oubli en multipliant mécaniquement la complaisance, en malaxant marxisme et christianisme en une pâte homogène, indigeste. Le pari devient donc défi, que tient bravement ici Jeremy Gravayat dans ce premier film. Au pathos odieux, à l’univoque d’un martyr répété et capitalisé, il a préféré le risque et le flou de l’impureté, largement déployée. Impureté du noir et blanc mélangé à la couleur, par exemple, qui signe le brouillage de chronologies trop attendues et de présences si évidentes qu’il faut s’employer autrement à les faire vibrer, c’est-à-dire à les faire exister jusque dans leur hésitation. Impureté d’une filiation qui ose arc-bouter de vieux travailleurs immigrés à la figure de jeunes hommes errants, clochardisés. Impureté de la confrontation d’archives aux images aujourd’hui. Impureté des échos sonores enfin, et surtout, qui semblent les vrais guides d’un film qui joue avec astuce de sa structure en forme de reprise, de relais entre avant-hier et aujourd’hui. Les hommes debout désignés par le titre, ils ont d’abord titubé. Au rythme de leur aliénation, de leur relégation, d’hier, d’aujourd’hui, au rythme de chansons gravées sur cassettes ou sur de vieux vinyles. Leurs paroles ou leur mutisme viennent également dans ces refrains emprunter quelque tenue, pas davantage, mais ça autorise l’image à se trouver des complicités, et à ce film à s’avancer sans garde-fou. » (Jean-Pierre Rehm)Écouter l’interview de Jérémy Gravayat au FID
  • Underdox 2010 – Dokument und experiment (Munich – Germany)
  • Résonances 2010 – Rencontres du Cinéma Citoyen (Bobigny – France)
  • Corsicadoc (Ajaccio – France)
  • 48e FICXixon – Documentary Competition – Gijon International Film Festival (Gijon – Spain)
  • Semaine Asymétrique 2010 – Polygone Étoilé (Marseille – France)
  • A nous de voir 2010 – Science & Cinéma (Oullins – France)
  • TFF – Torino Film Festival – International Features Competition/Torino 28 (Torino – Italy)
  • Filmer le Travail (Poitiers – France) – Prix du Jury, mention spéciale
  • Festival International du cinéma Méditerranéen (Tétouan – Maroc)
  • IndisLisboa – 8th International Independant Film Festival (Lisboa – Portugal)

Retrouvez toutes les projections du film en France et à l’étranger ICI.

Fiche Technique

Titre : Les Hommes Debout Réalisateur : Jérémy Gravayat Année de production : 2010 Pays de production : France Durée : 75’

Avec : Hassan Guaid | Romuald Fogolin | Amor Boughanmi Voix : Hassan Guaid | Romuald Fogolin | Beatriz Katenstadler Technique : Réalisation – image – montage : Jérémy Gravayat Assistant réalisation – prise de son : Jean-Baptiste Fribourg Prise de son additionnelle – réalisation sonore – mixage son :Gil Savoy Format de réalisation : Super 8 noir et blanc | Vidéo couleur Formats de diffusion : DVCam | Beta SP | DVD Son : Stereo Couleur : Couleur Langues : Langue originale : Français & Arabe & Allemand Langue sous-titrage : Français / Anglais Musique : Miloud Amrani et Amor Boughanmi « Chant des grévistes de Pennaroya Gerland » (1972) La Monte Young « Five small pieces – On remembering a naiad » (1956) by Arditti String Quartet (Naïve Classique)

Production 2010 – Les Inattendus – Lyon – www.inattendus.com Aides : Film réalisé avec le soutien de L’Acsé, de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon, dans le cadre de la résidence cinématographique des Inattendus à Lyon (volet culture du CUCS 2007-2009)

Merci à : Dominique Dubosc – Michel Leclercq – Laure Pitti – Jean Michel Richard – Jean-Pierre Sougy – Morgane Le Moal – Sebastien Escande – David Yon – Maurico Hernandez – Ziad Boustani – Mathilde Curdel – Jean Paul Vilain – Edouard Beau – Yohan Gillet – Cedric Feneon – Anna Roussillon – Tangui Perron – Damien Monnier – Ahmet Kodalak – Isabelle Feutry – Isabel Marblé – Brahim Kelai – Pourprix – Recyclex – GMR – SERL – Gandia – Asten -GDF – Groupe Lazare – DGDEI Grand Lyon – Mission Gerland – Ville de Saint Fons – Service urbanisme appliqué de la ville de Lyon – Andec Filmtechnik – As images – Comptoir Kodak

TELECHARGER/DOWNLOAD (FR/ENG)

DIFFUSION

Le film est désormais disponible à la diffusion, aux formats BETA SP, DV Cam et DVD. Pour obtenir des informations sur les conditions et disponibilités, merci de nous contacter par email leshommesdebout(at)inattendus.com ou par téléphone : +33(0)478617118

4 Comments

  1. Les Hommes Debout en compétition au FID Marseille | Les Inattendus
    %A %e %B %Y

    […] d’infos sur le film ICI ! Partager ! var a2a_config = a2a_config || {}; a2a_localize = { Share: "Partager", Save: […]

  2. Palmarès du festival 2011 | Association Filmer le travail
    %A %e %B %Y

    […] Traverser les ruines de l’usine, se souvenir des gestes répétés. Entendre les voix des ouvriers rassemblés dans la cour et le silence des machines arrêtées. Parcourir la ville dans la boue des chantiers, partir à la recherche d’un travail. Frapper la pierre et la brique, regarder les choses lentement s’effondrer. Repérer les lieux, s’y introduire, changer les serrures et raccorder l’électricité. Se rassembler dans la nuit, allumer un feu, construire de nouveaux abris. Raconter toujours la même histoire : celle qui fait tenir les hommes debout. Plus d’informations […]